Loading

Activités politiques

Près de 119'000 personnes sont atteintes de démence en Suisse à l’heure qu’il est, et leur nombre va pratiquement doubler dans le courant des 20 prochaines années. Or on constate un manque cruel dans les domaines du diagnostic, du traitement, de l’accompagnement et de l’offre de répit pour les proches soignants. L’Association Alzheimer Suisse place de grands espoirs dans la Stratégie nationale en matière de démence qui vient d'être adoptée.

 

Le projet d’une stratégie nationale « démence » a été initié en réponse aux motions Jean-François Steiert et Reto Wehrli, adoptées par le Parlement en mars 2012. Celui-ci chargea l’Office fédéral de la santé publique et la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé, en octobre 2012, d’élaborer une telle stratégie. La stratégie doit formuler des objectifs et des mesures pour améliorer le diagnostic précoce et le soutien aux malades à tous les stades de la maladie, ainsi que promouvoir la compréhension des maladies de démence et l’acceptation des personnes qui vivent avec. L’Association Alzheimer Suisse a collaboré de très près à l’élaboration de ce document avec d’autres organisations et institutions.

 

La Stratégie nationale en matière de démence 2014-2017 était adoptée en novembre 2013 par le Dialogue Politique nationale suisse de la santé, une plateforme permanente de la Confédération et des cantons.

 

Dans les cantons

Vaud et le Valais ont été les premiers cantons à élaborer une stratégie ou état des lieux concernant la démence. Dans le canton de Vaud, le « Plan Alzheimer » est déjà en œuvre (voir Infobox). Le canton de Genève a lui aussi rédigé récemment un rapport ad hoc. L’Association Alzheimer Suisse et ses sections encouragent activement d’autres cantons à suivre ces exemples. Quelques cantons ont d’ailleurs déjà fait des efforts dans ce sens.

 

L’Association Alzheimer Suisse suivra avec attention la mise en œuvre de la Stratégie nationale en matière de démence dans les cantons.

 

D’autres interventions importantes

Hormis les interventions concernant la maladie elle-même, celles qui portent sur les soins et l’accompagnement sont également importantes pour les personnes atteintes de démence. Le thème des moments de répit pour les proches soignants est particulièrement actuel avec l’acceptation d’un postulat par le Conseil national (voir le communiqué de presse ALZ du 6.6.2013). Conformément au texte déposé, le Conseil fédéral est chargé de faire l’inventaire des offres de soutien et des formes d’allocations d’assistance pour les proches s’occupant d’un malade existant actuellement aux échelons communal, cantonal et fédéral, de relever les lacunes en la matière, de prendre des mesures pour les combler, d’examiner quels seraient les coûts de ces mesures et comment en assurer leur financement.

 

Autres interventions pendantes sur ce thème :

Créer une allocation d’assistance pour les personnes qui prennent soin d’un proche

Permettre aux personnes qui s’occupent d’un proche de prendre un congé de repos



Sources: Statistiques de la population Suisse 2014 de l'Office fédéral de la statistique (OFS), taux européens de prévelance (cf. Alzheimer Europe) et chiffres clés de l’Association Alzheimer Suisse.

 

Octobre 2015